Robert Générat, Résistant Cartographe Centurie

“Des plans du Jour-J dans un grenier à Caen”

 

“Le vol des plans du Mur de l’Atlantique” immortalisé par un film avec Bourvil est-il une réalité ou une fiction ? Peu importe ! Une “valise” et un “dossier” démontrent que des Normands ont envoyés aux services secrets à Londres les informations utiles à la préparation et à la réussite du Débarquement du 6 juin 1944.

 

 

Ghislain Quétel, fils de résistant, auteur de Résistance et Libération en Pays d’Auge, édité aux Cahiers du Temps en 2014-2015-2017, mène des investigations en Normandie depuis neuf ans. En juin 2019, il reçoit un appel téléphonique de Didier Leroy, petit-fils de Robert Générat, qui a retrouvé une partie du passé de son glorieux grand-père, dont il ignorait l’histoire, dans son livre. Frustré depuis plusieurs années de ne pas en savoir plus, l’auteur découvre enfin la vie et l’histoire de Robert Générat, résistant PTT deauvillais de la première heure, né aux Sables d’Olonne. Vérificateur puis contrôleur PTT, chargé du téléphone et du télégraphe, il était l’un des 55 correspondants de Robert Thomas, adjoint de René Duchez, grand résistant Centurie caennais.

Robert Générat Cartographe Centurie de la Côte Fleurie

Grand oublié de l’histoire en Pays d’Auge, sosie du fameux *colonel Rémy, Robert Générat résistant OCM-Centurie a transmis 132 plans et 221 rapports concernant l’évolution de la construction du Mur de l’Atlantique, l’intendance et les mouvements des troupes allemandes de Honfleur à Pont-l’Evêque jusqu’à Cabourg, mais aussi les liaisons téléphoniques par câbles, réseaux aériens et souterrains, entre Saint-Malo, Cherbourg et Le Havre.

 

           





Radioamateur REF à l’écoute des Allemands

Surdoué en téléphonie-télégraphie, avec la complicité de sa belle-famille qui fournit les matériels, Robert Générat a fabriqué 6 postes radios pour les chefs résistants locaux. D’autre part, radioamateur REF (Réseau des Émetteurs Français) sous l’indicatif F3SU en 1934, il était en relation avec des correspondants français, anglais, belges, portugais, algériens… Parlant couramment l’anglais, comprenant l’allemand, il écoutait les transmissions radios de l’armée allemande de terre, air, mer, y compris sur la base navale des vedettes rapides lance-torpilles au Havre. À l’époque, 8 radioamateurs REF sont identifiés dans la Manche et 10 dans le Calvados ! Ils sont sous surveillance des services secrets allemands et anglais !

Il a aussi participé à la mise en sécurité et à l’évasion vers la Suisse de trois aviateurs alliés, à la distribution de tracts,... C’est indéniablement le résistant le plus efficace de la Côte Fleurie.

 



Paulette une femme engagée


Robert Générat bénéficie du soutien inconditionnel de son épouse Paulette, née à Trouville, une femme exceptionnelle, forte personnalité, toujours présente et au sang-froid à toute épreuve. En août 1940, à leur domicile au 33 rue de l’avenir à Deauville, le couple est victime de la première perquisition historique du canton par la police allemande, sans suite dommageable. « Robert, a caché un poste de radio sous sa robe de chambre, qu’elle a coincé assise entre ses jambes, pendant qu’elle touillait la confiture sur le feu. »

 



Robert Thomas Cartographe Centurie de la Normandie


En 2019, Pascal Hourblin antiquaire à Arromanches, publie un livre édité par Maranes Éditions intitulé « Robert Thomas, Résistant et Cartographe du Mur de l’Atlantique ». En effet, en août 2017 rue Docteur Rayer à Caen, il apprend l’existence d’une valise remplie de papiers et de plans voués à la destruction. Il s’agit de la fabuleuse valise de Robert Thomas, chef résistant du service cartographie Centurie-Caen, contenant des plans des fortifications allemandes sur le littoral de Saint-Malo au Havre, y compris les îles anglo-normandes envoyés par les 55 correspondants du réseau, avec quelques plans originaux de Robert Générat.

 

 

 

 

 

 

 


L’exceptionnelle valise contenant des plans originaux fournis par des résistants Centurie de Saint-Malo à Cherbourg jusqu’au Havre, le livre sur Robert Thomas et le dossier Robert Générat et Paulette, éclairent le rôle de la résistance normande dans la réussite du Débarquement et apportent les preuves attendues et recherchées depuis 75 ans.

 

Les Six résistants fusillés de Deauville ont souffert 8 jours !


La consultation des rapports conservés au Service Historique de la Défense, à Vincennes, a aussi permis d’éclaircir une incertitude concernant l’arrestation des six martyrs de la résistance fusillés sur la plage de Deauville le 25 juillet 1944. Dans la déclaration écrite au gouvernement en date du 29 mars 1945, Robert Générat indique clairement que « les six fusillés de la plage de Deauville ont été arrêtés le 17 juillet 1944 », une semaine avant leur exécution sommaire et non pas arrêtés et fusillés le même jour. Cette affirmation corrobore les propos tenus par sept autres témoins de l’époque, dont celui de Roger Houlbrèque, premier adjoint d’Émile Louvel. Ils n’ont pas parlé sous les atroces tortures, ce qui rend encore plus glorieux leur sacrifice, sauvant ainsi de nombreux résistants, dont ceux du maquis Surcouf dans l’Eure. 

 



Refus de reconnaissance des titres et pose d’une plaque à Deauville

Les 16 et 21 décembre 1949, la commission départementale et la commission régionale de l’armée n’a pas reconnu Robert Générat, agent secret P2 sous-prétexte que son nom ne figure pas sur le fichier Centurie, ni combattant des FFI parce qu’il n’a pas combattu “ l’arme à la main”. Il n’a pas reçu les plus légitimes distinctions de l’État français pour ses actions civiques et patriotiques pendant les quatre ans de l’occupation. C’est pourquoi la pose d’une “Plaque avec son effigie”, réparera cette injustice historique. En effet, à l’initiative de La Poste Régionale en Basse-Normandie à Caen, avec le soutien de la ville de Deauville, un hommage devait lui être rendu le 4 mai dernier, avec la pose d’une “Plaque” sur la façade de la Poste de Deauville, près de la mairie, mais la crise sanitaire a repoussé la cérémonie à mai 2021.

 

Ghislain Quétel raconte l’histoire de “Robert Générat et de Paulette” dans un dossier de 55 pages édité le 11 juin 2020 dans le bulletin “La Dépêche” par la Société d’Histoire de la Poste et de France Télécom en Basse-Normandie, soutenu par la Région Normandie (shlpftbn@laposte.net).

 

Nota : *Le 18 juin 1942, deux ans jour pour jour après l’appel du 18 juin du général de Gaulle, Gilbert Renault, dit le colonel Rémy, poursuivi par la Gestapo, embarque sur le langoustier “Les Deux Anges” à Pont-Aven avec sa famille en emportant plusieurs cartons et valises comprenant des plans et rapports sur le Mur de l’Atlantique, notamment entre Cherbourg et Honfleur, pour les fournir aux services secrets gaulliste et allié